Revues de presse | Velours et Pampilles

Sur le stand parisien, le lit a fait fureur. Son côté «conquête de l'espace» a inspiré les visiteurs. : La Voix du Nord

Un lit de rêve, baptisé Cosmovoïde, imaginé par un mari - peut-être un peu dans les étoiles - par souci de composer pour sa femme une maison digne d'elle... Ce Géo Trouvetou vient d'être récompensé au concours Lépine.
Le diplôme et la médaille d'or obtenus à la mi-mai à Paris sont d'abord un aboutissement pour Roland et Isabelle Manno. Avant, peut-être, de devenir le commencement d'une nouvelle aventure, si le lit est commercialisé.
Dans sa ravissante maison au bord d'une tranquille impasse d'Aulnoy, le couple se raconte : un divorce, une rencontre, un premier nid au troisième étage d'un immeuble valenciennois puis l'envie de passer à autre chose. Roland Manno a fait toute sa carrière dans le bâtiment : «  À 14 ans, j'étais sur les chantiers avec mon père qui avait sa propre entreprise... À 15 ans, j'étais carreleur mosaïste... À 17 ans et demi, je remettais en mairie mon premier permis de construire, qui fut accepté ! » Pourtant, c'est dans l'enseignement qu'il choisira finalement de faire sa carrière pendant 37 ans. Il profite de sa retraite depuis 2004.
Leur tranquille maison ? Roland l'a faite passer de 90 m² à 200 m² en dessinant l'extension. « On a tout fait à deux », insiste-t-il encore, se remémorant sa femme à ses côtés sur le toit, pour l'aider. Pergola, grande chambre, belle cuisine, immense jardin avec une biche, un âne et une basse-cour... Il ne manquait dans ce havre de paix qu'un élément essentiel de confort : un beau lit. «  On a cherché partout, rien ne nous plaisait. » En 2003, ce professeur connu de tous pour son chapeau (il porte un feutre noir presque tout le temps) rencontre une élève qui veut monter sa propre entreprise de menuiserie avec son époux. Il parle de son idée, elle lui dit banco. Entre-temps, Roland Manno tombe, en vacances, sur le livre de Robert Vincent sur La Géométrie du nombre d'or, dont il fait son livre de chevet. Un croquis se mue en révélation : le tracé de l'oeuf à partir du pentagone régulier... « J'ai vu mon lit !
 » Le reste de ses vacances, le prof le passera à dessiner son prototype. À son retour, les menuisiers s'attaquent à la double coque selon le principe de la construction navale, un tapissier, Velours et Pampilles, www.velours-et-pampilles.com  découpe l'habillage tandis que Roland met au point le sommier suspendu. Et on y dort vraiment bien ? Laconique, Isabelle balaie les doutes : «  On ne sait plus s'en passer ! » Un grand frère du nid du Marsupilami ? Y'a de ça ! «  L'oeuf a une onde de forme très positive », enrobe le créateur qui s'y sent comme dans un cocon.
Vu l'intérêt que le premier exemplaire a suscité chez leurs amis, les Manno ont voulu protéger leur réalisation. Ils ont pris des brevets, déposé le modèle, la marque et le nom. Et ils se sont tournés vers l'Association des inventeurs français, d'où le concours Lépine (lire ci-dessous).
L'accueil que le public leur a réservé à Paris leur a fait chaud au coeur. Le seul frein pour l'intéressé lambda est le prix : à partir de 39 000 €. Pas à la portée de toutes les bourses. • M. T.-N.
Les rédactions de La Voix du Nord
la Voix du Nord

Roland Manno, médaille d'or au concours Lépine grâce à un lit

1 | 2 | 3 | 4 | 5 Suivant »